Catégorie : Uncategorized

Comment calculer la véritable autonomie de votre vélo électrique?

Chez FuroSystems, votre satisfaction est notre obsession. Nous voulons que vous soyez positivement surpris par votre FX et/ou votre SIERRA, car pour nous c’est ça les vélos électriques, des véhicules qui surpassent vos attentes pour vous faire découvrir de nouvelles éxpèriences.

Donc, lorsque nous vous annonçons que l’autonomie du FX est de 45 km à un rythme moyen, vous obtenez 45 km de plaisir ou plus à un rythme normal par charge sur le FX, et ainsi de suite pour le FX MAX, SIERRA et SIERRA MAX. Cependant, au cours des derniers mois, nous nous sommes rendus compte que acteurs du marché (nous ne citerons aucun noms), vous induisaient en erreur en ce qui concerne l’autonomie annoncée de leurs vélos. Par conséquent, afin de vous aider à comprendre ce que vous obtenez en terme d’autonomie lorsque vous achetez un vélo électrique, nous avons décidé d’écrire ce guide sur comment calculer l’autonomie réelle de votre vélo afin de contourner les éxagérations de certains fabricants.


FuroSystems guide d'autonomie de vélo électrique


L’autonomie de votre vélo électrique dépend de plusieurs paramètres. Tout d’abord, l’énergie stockée dans votre batterie qui se calcule en multipliant sa tension en V par sa capacité en Ah: Tension (V) x Capacité (Ah). Cette valeur vous donne l’énergie contenue dans la batterie de votre vélo en Wh. Par exemple, la batterie standard du FX peut contenir jusqu’à 314Wh ce qui correspond à une consommation potentielle de 314W pendant une heure ou de 157W pendant 2 heures et ainsi de suite.

La plupart des moteurs de vélo électrique à usage routier ont une puissance continue de 250W, une puissance maximale de 500W et une vitesse maximale de 25km/h. Cela signifie que lors d’accélérations, et pendant de brèves périodes de temps, le moteur peut demander à la batterie jusqu’à 500W de puissance, disons pour un maximum de 10 secondes, après quoi sa demande se réduit à 250W jusqu’à ce que le vélo atteigne 25km/h. En utilisant notre article sur la physique du vélo électrique, nous pouvons calculer combien d’énergie est consommée à 25 km/h par une personne de 75 kg sur une route goudronnée:

FuroSystems guide d'autonomie de vélo électrique


En utilisant les formules adéquates, nous obtenons une traînée de 20N et une résistance au roulement de 0.38N. Cela signifie que lorsque vous conduisez votre vélo électrique à une vitesse constante de 25 km/h, vous devez compenser une force d’environ 20.38N. La puissance est égale à la force multipliée par la vitesse et 25km/h correspond à environ 7m/s. Cela donne une consommation d’énergie de 142W pour maintenir cette vitesse de 25km/h. De plus, chaque période d’accélération consomme jusqu’à 500W et durant ces périodes, la vitesse du vélo est inférieure à 25 km/h. Ces facteurs mènent à des pertes de puissance et de rendement, qui comme nous l’avons constaté à travers une multitude de tests, sont relativement bien représentés par un facteur de 20%.

Finalement, nous pouvons écrire que (Capacité(Wh) * Vitesse (km/h)) / (Puissance Consommée (W) * Facteur de Pertes) = Autonomie Approximative (km):

  • Pour une batterie de 314Wh, ceci donne une autonomie de 313*25/(142*1.2) = 46km
  • Pour une batterie de 374Wh, ceci donne une autonomie de 374*25/(142*1.2) = 55km
  • Pour une batterie de 482Wh, ceci donne une autonomie de 482*25/(142*1.2) = 71km


Ces valeurs dépendent de votre poids, de votre style de conduite et des conditions environnementales (température, niveau d’assistance, accélération, roue libre, etc.) mais donnent une approximation très raisonnable de ce à quoi vous pouvez vous attendre. Nous travaillons sur un calculateur d’autonomie en ligne, en tenant compte de toutes ces variables, qui sera bientôt disponibles sur notre site. En attendant, cela vous donnera une très bonne idée de ce qui est réel et de ce qui ne l’est pas. Par exemple, une capacité de batterie de 220Wh ne vous donnera que 32km d’autonomie à un rythme moyen , pas plus comme certains voudraient vous le faire croire 😉

Changer la limite de vitesse du FX et de son ordinateur Key-Disp (KD21C)

Comme vous le savez, lorsqu’il vous est livré, la vitesse maximale de votre FX est limitée électroniquement à 25 km/h en raison des exigences légales de l’UE pour que le vélo soit conforme à la législation en vigueur concernant la voie publique. Par conséquent, lorsque le FX dépasse les 25 km/h, le moteur s’arrête automatiquement. Cependant, vous pouvez vouloir changer cette limite de vitesse si vous utilisez votre vélo dans une zone avec des restrictions différentes (par exemple, USA 32 km/h), ou dans le cas où vous n’utilisez pas votre FX sur la voie publique (par exemple sur une propriété privée). Ce guide vous montrera rapidement comment changer la limite de vitesse du FX à travers son ordinateur de bord key-disp KD21C.



1 – Allumez la batterie, appuyez et maintenez le bouton mode pour allumer votre écran.


Allumez l'écran de votre FX


2 – Une fois votre écran est allumé, appuyez sur les boutons «+» et «-» en même temps et maintenez-les enfoncés pour accéder aux paramètres généraux.


Accédez aux paramètres généraux.


3 – Appuyez et maintenez enfoncés les boutons « M » et « – » pour accéder aux paramètres du système.


Accédez aux paramètres du système


4 – Une fois dans les paramètres du système, appuyez sur « M » pour faire défiler les différents paramètres. Le réglage de la limite de vitesse est marqué « LS ».


Accédez aux paramètres de limitation de vitesse


5 – Utilisez les boutons « + » et « – » pour ajuster la limite de vitesse qui peut être vue dans le coin inférieur gauche de l’écran.


Ajustez la limite de vitesse


6 – Une fois que vous avez sélectionné le nouveau réglage, maintenez la touche « M » enfoncée pour sauvegarder et revenir à l’écran de démarrage.


Sauvegardez et revenez à l'écran de démarrage

Avis légal: veuillez respecter les réglementations locales concernant les VAEs sur routes publiques, augmenter la limite de vitesse de plus de 25 km/h dans l’UE rendra votre e-bike illégal sur route publique sans permis, ni immatriculation. La limite ne peut être augmentée à plus de 25 km/h que pour une utilisation hors route ou dans le cas où la réglementation locale le permet.

Piles à Combustible à Hydrogène ou Batteries au Lithium-ion dans les Véhicules Electriques

Aujourd’hui, la plupart des véhicules électriques utilisent des batteries, souvent basées sur des cellules Lithium-ion ou Plomb-acide. Ces batteries permettent de stocker de l’énergie produite à distance du véhicule et d’utiliser cette énergie pour créer un mouvement mécanique et faire avancer un vélo, une voiture ou une moto. Les piles à combustible à hydrogène, une technologie relativement ancienne, créée en 1839 par Sir William Grove et affinée au fil des années, permettent également de stocker de l’énergie sous forme d’hydrogène pour alimenter des véhicules électriques.

Comme une batterie, une pile à combustible exploite une réaction chimique pour produire de l’énergie sous forme d’électricité. Plus précisément, les piles à hydrogène génèrent de l’électricité, de l’eau et de la chaleur à partir d’hydrogène et d’oxygène.

Les piles à combustible consistent en une anode et une cathode entourant un électrolyte appelé membrane polymère synthétique qui sépare l’hydrogène et l’oxygène tout en permettant seulement le passage de certains ions (H+ ou protons). Les atomes d’hydrogène entrent dans la pile à combustible au niveau de l’anode où ils sont séparés de leurs électrons. Ces électrons traversent le circuit du véhicule jusqu’à la cathode sous forme d’électricité. Les atomes d’hydrogène chargés positivement (ou protons) traversent la membrane pour rejoindre l’oxygène et les électrons afin de former de l’eau. Les piles à combustible produisent des quantités relativement faibles de courant et de tension et, comme les piles lithium-ion, doivent donc être assemblée en série et en parallèle pour atteindre la tension cible et le courant maximum requis par le véhicule qu’elles alimentent.

Fonctionnement détaillé d'une pile à combustible à Hydrogène

La beauté des piles à combustible à hydrogène est que vous obtenez de l’électricité, de la chaleur et de l’eau (potable) à partir d’hydrogène et d’oxygène purs. L’oxygène est abondant dans l’atmosphère tandis que l’hydrogène est l’élément le plus commun dans l’univers. Cependant, l’hydrogène a tendance à se lier très facilement à d’autres éléments. Par conséquent, il doit être artificiellement isolé avant de pouvoir être utilisé comme carburant à travers des processus qui sont assez coûteux et énergivores.

L’hydrogène utilisé dans les piles à combustible a un rapport énergie/poids dix fois supérieur à celui des batteries lithium-ion. Par conséquent, il offre une portée beaucoup plus important tout en étant plus léger et en occupant de plus petits volumes. Il peut également être rechargé en quelques minutes, de la même manière que les véhicules à essence. Cependant, les piles à combustible à hydrogène présentent également de nombreux inconvénients. Tout d’abord, l’hydrogène est principalement obtenu à partir d’eau par électrolyse qui est essentiellement une pile à combustible inversée et prend de l’électricité et de l’eau pour produire de l’hydrogène et de l’oxygène. La source de cette électricité peut aller des énergies renouvelables au charbon selon l’endroit où vous êtes dans le monde, donc l’extraction d’hydrogène peut être très propre, ou plus sale qu’une voiture à essence typique. Malheureusement, en considérant la façon dont la majorité de l’électricité est générée sur Terre, il est plus probable que ce soit le dernier.

D’autres problèmes sont que le stockage de l’hydrogène comme gaz est coûteux et énergivore, parfois jusqu’à la moitié de l’énergie qu’il contient, et encore plus lorsqu’il est stocké sous forme de liquide à des températures cryogéniques. En outre, il est hautement inflammable, a tendance à s’échapper de son récipient et réagit avec les métaux de manière à les rendre plus cassants. Finalement, bien qu’il soit partout autour de nous, l’hydrogène est dur, dangereux et cher à produire, stocker et transporter.

Les piles à combustible ne peuvent fonctionner en présence de vapeur ou de glace mais seulement avec de l’eau. Par conséquent, la gestion de leur température interne est essentielle et la chaleur doit être constamment évacuée à travers des radiateurs et des canaux de refroidissement qui ajoutent au poids total du véhicule. Le redémarrage à basse température peut également être très problématique et peu pratique dans les endroits où les températures sont souvent inférieures au point de gèle.

Pile à Hydrogène pour vélo électrique

En conclusion, les piles à combustible à hydrogène offrent une source d’énergie potentiellement très propre, dense en énergie et facile à recharger, mais elles sont actuellement compliquées, coûteuses et dangereuses à exploiter. En comparaison, les batteries au lithium-ion, bien que moins denses en énergie et plus lentes à recharger, sont aussi propres, moins chères, plus faciles et plus sûres à manipuler. Plus spécifiquement, les cellules lithium-ion cylindriques comme celles utilisées dans le SIERRA et le FX sont très stables et sûres à utiliser. Une fois que la technologie sera suffisamment développée et que les inconvénients mentionnés ci-dessus auront été résolus, l’hydrogène pourrait être une excellente solution pour augmenter la portée et réduire le temps de chargement des véhicules électriques. Mais pour l’instant, la technologie lithium-ion est la meilleure solution pour proposer des vélos et autres véhicules électriques très pratiques et performants.

Surprise: Clignotants Sans Fil sur tous nos Vélos Electriques Pliants FX

Chez FuroSystems, notre priorité est votre satisfaction à travers un service client irréprochable, des performances impressionnantes, une esthétique épurée et une fonctionnalité à toute épreuve.

C’est pour cette raison que nous avons décidé d’ajouter des clignotants sans fil à tous les FX que nous avons produits, gratuitement!

Chaque FX sera maintenant équipé d’une télécommande sans fil fixée au guidon et de clignotants intégrés dans sa batterie lithium-ion portable. Cliquez simplement sur la flèche droite ou gauche de la télécommande pour indiquer où votre FX vous emmènera.

Notre stock de FX pour livraison en Mai est épuisé

Notre aventure continue et la communauté FuroSystems grandit de jour en jour! Notre stock de FX pour livraison en Mai est officiellement épuisé. Nos SIERRA sont aussi presque tous partis avec plus que 2 vélos en stock.

Comme la plupart d’entre vous le savent, notre réduction de 25% se termine également très bientôt. Vous pouvez être assuré qu’elle s’applique toujours à tous les achats effectués sur notre Site Web jusqu’à son expiration. Ceci signifie que notre prochain lot de SIERRA et FX est toujours couvert par la réduction, et ce jusqu’au 15/05. Sa livraison est actuellement prévue en Septembre au plus tard, très probablement plus tôt. Nous faisons tout notre possible pour accélérer notre rythme de production et optimiser notre logistique.

Si vous envisagez d’acheter un FX ou un SIERRA, nous vous conseillons vivement de profiter de la réduction, d’autant plus que notre prochain lot aura également un stock limité.

Nous sommes toujours disponibles et ravis de vous fournir notre aide, si vous avez des questions particulières n’hésitez pas à nous contacter.

La Physique du Vélo Electrique vue à travers les Chiffres

Notre stock de FX et SIERRA pour livraison en mai, est presque épuisé, et ce beaucoup plus tôt que prévu. Vous aimez nos vélos électriques et pour vous remercier, nous vous offrons un article sur la physique qui régit vos promenades en vélo électrique.Commençons par le protagoniste, le vélo électrique, nous nous baserons ici sur le SIERRA. Le SIERRA est fait d’un cadre entièrement en carbone qui doit être structurellement capable de supporter la somme de votre poids, du poids du vélo avec tous ses composants, et la et les chocs dus aux bosses et autres obstacles sur la route. En plus de tout l’équipement typique d’un vélo (freins à disques, dérailleurs, pédales à chaîne, roues, etc.), le châssis du SIERRA doit également transporter un moteur, une batterie, un contrôleur électronique et un ordinateur. Ces composants sont assez lourds par rapport au cadre du vélo mais restent légers une fois que vous ajoutez votre poids à l’équation, même pour les plus minces d’entre vous.

SIERRA Configuration

Le SIERRA est équipé d’un capteur de couple qui mesure la pression que vous exercez sur les pédales. Il envoie ensuite un message au contrôleur qui calcule la quantité de puissance immédiatement requise. En même temps, l’ordinateur augmente ou réduit les calculs du contrôleur par rapport au niveau d’assistance séléctionné dans l’ordinateur de bord. Finalement, le contrôleur, qui est connecté à la batterie, ouvre un canal entre la batterie et le moteur pour permettre aux puissants courants électriques de circuler de manière à activer le moteur.

C’est ce processus qui vous permet d’accélérer. Nous allons maintenant nous concentrer sur ce qui se passe une fois que vous avez atteint une vitesse de 20 km/h et que vous accélérez de 1 km/h par seconde pour atteindre 25 km/h après 5 secondes sur une route goudronnée plate.

D’après la deuxième loi de Newton, toutes les forces agissant sur le vélo et vous-même lorsque que vous avancez sont égales à votre masse totale multipliée par votre accélération. Ceci peut être écrit de la manière suivante:

F = ma
avec F la somme des forces en Newtons, m la masse totale en kgs et a votre accélération en m/s².

Sir Isaac Newton

Les forces agissant sur vous et votre vélo lorsque vous avancez sont les suivantes:

  • Celle que vous générez, appliquée à travers la roue arrière du SIERRA: nous l’appellerons Fy et elle est mesurée en Newton
  • Celle générée par le moteur, appliquée à travers la chaîne et la roue arrière du SIERRA: nous l’appellerons Fm et elle est mesurée en Newton
  • La traînée aérodynamique due à votre mouvement à travers l’air de l’atmosphère, quui peut être obtenue en Newton en utilisant l’équation suivante:
    D=1/2*Cd*p*V²*A
    avec Cd le coefficient de traînée, p la densité de l’air, V votre vitesse en m/s et A votre surface frontal en m².
  • La résistance des pneus sur la route peut être calculée en Newton à travers l’équation suivante:
    Fr=Cf*m*g
    avec Cf le coefficient de résistance des pneus sur la route, m votre masse en kgs et g la constante de gravitation g=9.81m/s², m*g est la force éxercée verticalement par votre poids en Newton

FuroSystems SIERRA Somme des Forces

Tout d’abord, nous pouvons calculer la traînée aérodynamique. Dans une position décontractée standard sur le SIERRA, votre aire frontale est d’environ de 0,6m² et votre coefficient de traînée: 1,15. La densité de l’air au niveau de la mer est de 1.225 kg/m3 et votre vitesse est de 20km/h, ce qui équivaut à 5,6 m/s.

Donc nous obtenons: D = 0.5 * 1.15 * 1.225 * 5.6² * 0.6 = 13 N.
Le coefficient de résistance de pneus de vélo sur une route goudronnée est de 0.004, en assumant que vous avez un poids moyen de 75kgs, le poids du SIERRA étant de 20kgs, votre poids total devient 95kgs.

Par conséquent, votre résistance au roulement est de Fr = 0.004*95 = 0.38 N.
La somme des forces peut donc être écrite:

Fy + Fm – D – Fr = m*a

avec m votre masse total (95kgs) et a votre accélération en m/s².

Notez également que le signe des forces dans la somme dépend de la direction dans laquelle ces forces agissent. Si elles agissent dans le sens du mouvement, alors elles sont positives, si elles agissent dans la direction opposée, elles sont négatives. Nous pouvons remplacer maintenant remplacer les variables par les valeurs que nous avons calculé en sachant qu’une accélération de 1km/h/s équivaut à 0,28 m/s²:

Fy + Fm – 13 – 0.38 = 95 * 0.28 ce qui équivaut à Fy + Fm = 40 N
Nous savons que les roues du SIERRA mesurent environ 0,70 m de diamètre et donc 0,35 m de rayon. Nous savons également que le couple est une force multipliée par une distance. Par conséquent, le couple généré par les efforts combinés de vos jambes et du moteur du SIERRA est de 40*0.35=14 Nm. Nous pouvons maintenant obtenir la puissance totale requise en multipliant le couple par la vitesse angulaire de la roue, ou la vitesse à laquelle celle-ci tourne. Nous savons que son périmètre est 2 * PI * Rayon = 2.2m. Comme nous allons à 5,6 m/s, cela donne 2,5 rotations des roues par seconde ou une vitesse angulaire de 15 rad/s (multiplier par 2 * PI).

Par conséquent, sur une route goudronnée plate, afin de maintenir une accélération de 1 km/h par seconde tout en étant à une vitesse de 20 km/h, la puissance totale nécessaire est de 15 * 14 = 210W.

Comme le moteur pédalier BOFEILI du SIERRA produit 350W de puissance continue et plus de 600W de puissance maximale, à ce rythme, vous n’exploitez qu’un tiers de la puissance de la bête. Selon le niveau d’assistance que vous choisissez dans l’ordinateur de bord, vous pouvez soit fournir les 210W avec vos jambes, soit compter entièrement sur le SIERRA, c’est votre choix et là et la magie du cyclisme électrique!

N’hésitez pas à poser des questions dans les commentaires, nous serons heureux d’y répondre si quelque chose doit être clarifié!

Livraison et fin des précommandes

C’est officiel! Notre premier lot de production est actuellement en transit par bateau pour atteindre notre entrepôt européen vers le 15 mai. Nous éxpédierons ensuite chaque FX et SIERRA à son nouveau propriétaire qui le recevra sous 2 à 3 jours.

C’est un véritable plaisir de finalement pouvoir vous livrer nos vélos directement à votre porte, vous ne serez pas déçu! Ceci marque aussi la fin des précommandes pour le FX et le SIERRA. Nos réductions de 25% se termineront le 15/05 sur tous nos produits. Notre stock est aussi limité, donc pour ceux d’entre vous qui réfléchissent à acquérir l’un de nos vélos électriques hors du commun, ne ratez pas votre chance de bénéficier des meilleures offres 😉

Notre mission d’apporter des vélos éléctriques haute performance, ésthétiques et abordables aux cyclistes et citadins se déroule mieux que jamais et nous continuerons à vous offrir le meilleur, aux meilleurs prix, aussi longtemps que possible!

Merci à tous pour votre soutien!

Impression 3D et prototypage

De nos jours, à peu près tout le monde a entendu parler de l’impression 3D. Elle est utilisée tant par les particuliers que les grandes entreprises pour transformer des modèles informatiques en objets réels. Pour une entreprise de R & D et de fabrication de vélos et motos électriques telle que FuroSystems, l’impression 3D est essentielle pour pouvoir passer rapidement d’une étape de conception à une autre tout en gardant les coûts de prototypage bas. L’impression 3D a été d’une immense importance pour vous amener le FX, le SIERRA et le L1. Mais comment ça marche exactement?

Lors de la conception d’une nouvelle pièce ou d’un nouveau composant, les ingénieurs utilisent généralement un logiciel de CAO (Conception Assistée par Ordinateur) tel que Solidworks ou Autodesk Inventor. Ceux-ci permettent de créer des objets solides virtuels en 3 dimensions. Ils permettent ensuite de sauvegarder cet objet sous la forme d’un fichier STL qui , pour faire simple, mappe la surface de l’objet avec des triangles. Ce fichier est ensuite transmis à l’imprimante 3D qui le lit et continue de créer l’objet verticalement couche par couche à travers l’un des processus décrit ci-dessous.

Le dépôt par extrusion est la méthode utilisée par la plupart des imprimantes 3D de bureau et, par conséquent, la plus utilisée en impression 3D. Ici, un filament de thermoplastique (le plus commun) ou de métal est passé à travers une buse chauffée pour fondre, se déposer sur une surface et durcir instantanément. La buse active et désactive le flux de matériau tandis que les moteurs le déplacent en fonction des coordonnées 3D contenues dans le fichier STL.

Un autre procédé consiste en la liaison de matériaux granulaires. Des poudres de matériaux tels que des métaux ou des plastiques sont déposées sur un lit. Des lasers puissants ou des liants sont ensuite appliqués selon les coordonnées du modèle pour assembler et durcir la poudre couche par couche, en commençant par le bas et en progressant vers le haut. Les technologies utilisant ce procédé sont le Selective Laser Sintering (SLS), le Direct Metal Laser Sintering (DMLS), le Selective Laser Melting (SLM) ou l’Electron Beam Melting (EBM).

La photopolymérisation est également une technique d’impression 3D intéressante. Des processus tels que la stéréolithographie (SLA) sont basés sur le durcissement des matériaux liquides en formes solides. Ici, des bains de polymères liquides mélangés à des additifs photosensibles sont exposés à un éclairage contrôlé qui les amène à durcir. Encore une fois, ce processus est appliqué de bas en haut par petits incréments où la forme en cours de construction est lentement déplacée vers le bas lorsque le nouveau matériau est solidifié. Cette technique permet d’obtenir des surfaces plastiques plus lisses et donc de réduire le besoin de post-traitement (lissage, etc).

L’impression 3D est une véritable révolution dans le développement de produits innovants. Elle permet de matérialiser des objets à des vitesses record et avec des propriétés esthétiques similaires aux produits finis. Biensur, les caractéristiques techniques telles que la résistance ne sont pas les mêmes que celles d’un produit fabriqué en usine, mais elles sont suffisantes pour tester les formes, les détails et les configurations avant de passer aux étapes suivantes. L’impression 3D permet donc aux ingénieurs d’économiser des sommes considérables et beaucoup de temps laissant ainsi les petites entreprises exploiter tout leur potentiel créatif pour proposer des produits hors normes et rivaliser avec les grands, souvent moins enclins à innover depuis leur confortable position de leader.

Pourquoi les vélos électriques sont-ils si bons pour nous?

Ceci va paraître cliché, mais FuroSystems a vraiment commencé à partir de la question suivante: quels sont les plus gros problèmes de notre société? Et peuvent-ils être résolus à travers les dernières technologies combinées à notre ingénierie de pointe?

La population mondiale augmente, ce qui entraîne une augmentation de la densité de la population autour des villes. En outre, les systèmes de transport personnels tels que les voitures, les camionnettes et les motos sont encombrants et bruyants. Ajoutez à cela le fait qu’il y a environ un siècle nous avons choisi les combustibles fossiles plutôt que l’électricité (à juste titre à l’époque), nous faisons aujourd’hui face à une combinaison de véhicules polluants, générateurs de bouchons, peu pratiques ni facile d’utilisation. Celà étant devenu une vraie menace pour notre civilisation, nous avons urgemment besoin de quelque chose de mieux.

Bouchons

Certes, les vélos électriques rendent les choses plus faciles. Ils permettent aux personnes âgées ou handicapées de se rendre dans des endroits qui leur été impossible à atteindre auparavant, et d’être capable de faire du vélo avec et au même rythme que leurs proches. Ils rendent les déplacements et le cyclisme plus faciles à aborder. Mais ils permettent également à n’importe qui d’expérimenter un nouveau niveau d’accélération, de vitesse et de performance.

Ils ne suppriment pas l’effort, ils améliorent le cyclisme, le rendent plus intense. C’est une amélioration de vos capacités physiques, que vous soyez en forme ou non. Par exemple, nos vélos SIERRA et FX vous offrent la possibilité de les conduire sans assistance, avec un ressenti exactement similaire au vélo normal, mais ils vous permettent également de multiplier votre accélération, votre capacité de grimpe et votre vitesse, quand vous en avez envie. En bref, c’est l’équivalent d’une greffe de puissance de 250W à 600W que vous pouvez activer sur demande.

Décider d’utiliser un vélo électrique pour vos trajets à la place de votre voiture, scooter ou cyclomoteur est probablement la meilleure décision que vous pourriez prendre aujourd’hui. Terminez-en avec la pollution, le bruit, la manipulation de carburant et les assurances et adoptez un mode de vie plus sain pour vous, et pour les autres. Les vélos pliants comme le FX sont aussi incroyablement plus pratiques, surtout quand ils sont si légers, tout en restant très puissants et offrant une grande autonomie, non loin de celle d’un scooter essence 50cc.

Les vélos électriques sont le mode de transport du futur, ils résolvent tous les problèmes liés au transport moderne et améliorent grandement le cyclisme. De plus, la technologie des batteries est sur le point de faire des progrès significatifs avec la chimie à l’état solide, les supercondensateurs ou les matériaux 2D tel que le graphène. Vous pouvez être sûr que nous serons là pour exploiter chacune de ces avancées et les intégrer à vos vélos électriques FuroSystems dès leur sortie!

Un petit plaisir pour les yeux pour ceux d’entre vous qui sont restés avec nous jusqu’à la fin 🙂

La fibre de carbone, le matériau miracle: comment et pourquoi?

La plupart d’entre vous en auront entendu parlé. La fibre de carbone, le matériau miracle qui rend tout plus léger et plus solide. Elle est utilisée dans les supercars, les technologies aérospatiales de pointe et le FuroSystems SIERRA et FX (pourrait-on les appeller superbikes?).

FuroSystems FX Vélo Pliant en Fibre de Carbone

Donc qu’est ce exactement? Son élément constituant est le carbone, il est composé de 6 électrons, 6 protons et 6 neutrons, et sans lui vous n’existeriez pas, il est à la base de toute vie sur Terre. Lorsque vous brûlez votre diner ou du bois dans la cheminée, les cendres résiduelles sont principalement faites de carbone. La fibre de carbone consiste en l’assemblage de ces atomes en cristaux dans une direction parallèle à l’axe principal de la fibre. Chaque fibre a un diamètre compris entre 5 et 10 micromètres (millionièmes de mètre), 2 à 20 fois plus fin qu’un cheveu humain. Cette configuration lui confère un grand rapport résistance / volume. Les fibres individuelles sont évidemment relativement faibles, mais une fois tressées, elles donnent un tissu très résistant.

Fibre de Carbone Tressée

À ce stade, la fibre de carbone est un tissu semblable à celui utilisé pour vos T-shirts en coton, mais beaucoup plus coûteux et résistant. Pour le transformer en matériau d’ingénierie utile, le tissu est mélangé avec une résine plastique comme l’époxy pour former un composite également appellé polymère à renfort fibre de carbone. Le processus de fabrication consiste généralement en un technicien qui pose les fibres sur un moule, les peint avec la résine choisie pour ensuite cuire l’ensemble afin d’obtenir une pièce ayant la forme désirée. Le résultat est un composant éxtrèmement rigide et au rapport résistance / poids très élevé.

Carbon Fiber Airplane Wing

Les polymères à renfort fibre de carbone (PRFC) sont à peu près dix fois plus résistants et 5 fois plus légers que l’acier et huit fois plus résistants ainsi que deux fois plus légers que l’aluminium. En outre, leur fabrication même supprime le besoin de soudures et permet des formes plus lisses et ésthétiques que lors de l’usage de métaux. Il est vrai que les PRFC ont tendance à se fissurer légèrement plus facilement que l’aluminium ou l’acier. Cependant, ceci est facilement compensé par leur conception en s’assurant que la force nécéssaire pour entraîner une fissure est toujours largement (LARGEMENT) supérieure à la charge maximale que votre vélo subit lors de son utilisation.

De même, le fait que les cadres en carbone ne puissent être réparé une fois fissurés est un mythe, ils le peuvent tout à fait, et de manière très rapide et discrète. Après tout, si nous faisons confiance aux PRFC pour fabriquer les ailes de machines géantes volant des centaines de kilomètres au dessus de nos têtes, coûtant des centaines de millions d’euros et transportant des centaines de personnes (cela fait beaucoup de centaines), ils peuvent certainement être utilisés pour améliorer votre éxperience du cyclisme de part leur légèreté et leur performance mécanique hors du commun. C’est exactement ce que nous faisons chez FuroSystems. L’ingénierie aérospatiale au service des cyclistes!

Cette vidéo détaille particulièrement bien le processus utilisé par KOENIGSEGG ou FuroSystems pour fabriquer leurs chassis:

Scroll to top